Comment entretenir ma moto ?

Conseils pour laver et entretenir durablement un 2 roues

En tant que préparateur esthétique, il est souvent très rare de voir des propriétaires de deux roues nous confié leur monture pour un nettoyage !
Et nous le comprenons !

Ceci dit, quelques conseils pour dégraisser une moto, la décontaminer et la protéger sont toujours bons à prendre, non ?

Rangez au placard votre liquide vaisselle et votre nettoyant vitres surpuissant, je vous explique.

Le couteau suisse du nettoyage moto : le nettoyant polyvalent

Un produit qui nettoie presque tout ? Un miracle ?
Non… un nettoyant polyvalent !

Un « All Purpose Cleaner » (ou APC) est un nettoyant dégraissant qui va permettre de nettoyer de multiples surfaces telles que les tissus, les plastiques, le carénage, le réservoir, les chromes, les pneus (flancs et bande de roulement), cuir, polycarbonate …

D’une simplicité extrême d’utilisation, il reste très économique de par ses possibilités de dilution !

Moins un APC est dilué et plus son pouvoir dégraissant sera élevé.

Toutefois, il convient de faire un test préalable de dilution avant de l’utiliser sur votre machine.

Un APC s’utilise avec une microfibre, pinceaux ou brosses appropriées (poils souples ou durs) en fonction du support et un APC bien dilué ne nécessitera pas de rinçage de la surface à nettoyer.

Et pour enlever le goudron incrusté sur votre moto ?

Pour désincruster sereinement et sans risque le goudron venu se déposer sur votre monture, l’utilisation d’un dégoudronnant est incontournable.

Un peu de produit pulvérisé sur une microfibre et tamponné (évitez de frotter pour éviter l’apparition de micro-rayures) la surface contaminée suffira à faire disparaître le goudron incrusté !

Si vous n’êtes pas un(e) motard(e) maniaque, il se peut qu’il faille renouveler l’opération pour venir à bout du goudron et autre contamination…

Après avoir bien dégraissé votre monstre et désincrusté le goudron, vous devez, si nécessaire, passer par l’étape de décontamination (optiques, carénage, réservoir, surfaces vitrés…) avec une barre d’argile (clay bar) puis par l’étape de polissage pour éliminer les éventuelles micro-rayures, avant l’étape de lustrage.

Et maintenant, il faut que ça brille !

Afin de redonner de la brillance aux surfaces peintes, il convient d’utiliser un lustreur remplisseur qui donnera de la « profondeur » au vernis et un effet « pailleté » !
L’application est d’une simplicité enfantine également : pad manuel pour étaler le produit, lustrage avec un autre pad manuel puis avec une microfibre haute densité (ou idéalement, avec une lustreuse).

Votre moto est prête pour être protégée !

Après tout le travail que vous venez de réaliser, il serait dommage de reprendre la route sans protection !
Optez pour une cire naturelle, qui protégera votre moto durant environ 3 mois (en utilisation quotidienne) voire plus si votre engin n’est utilisé que par beau temps !

La pose d’une cire apportera un effet déperlant et hydrophobe aux surfaces traitées : vernis, chrome, jantes, carénage, rétroviseurs, visière de casque…)

Là aussi, une application et un temps de pose réduit : un pad d’application, un temps de « séchage » de 5 à 20 minutes (fonction de la cire utilisée), une microfibre haute densité et le tour est joué !

Une fois votre 2 roues protégé, l’entretien sera grandement facilité puisqu’il s’effectuera grâce à un APC (faiblement dilué) et une cire en spray (associée à une microfibre haute densité) qui redonnera de la brillance à votre machine en renforçant de nouveau l’effet hydrophobe.

Bien entendu, si vous êtes un(e) motard(e) baroudeur(se) et adepte des chemins boueux, il faudra repasser par l’étape « débarbouillage » avant de pouvoir redonner toute sa brillance à votre bécane !

Et maintenant ?

En cas de doute, n’hésitez pas à revenir vers votre préparateur esthétique Clean & Cover !

Et les chromes me direz-vous ? Cela ferait l’objet d’un prochain article…

En attendant, plein gaz !